Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Eric Costa, contrôleur aérien dans le civil, vient de sortir son premier bouquin intitulé Harem. Salué par la critique, il s’inspire librement de la vie des Aztèques et raconte l’histoire d’Ameyal.

Un roman qui s’inspire de la vie au temps des Aztèques et qui a pour héroïne une jeune fille Ameyal, ça ne peut pas être mal, non ? Je n’ai pas vraiment eu besoin de me laisser convaincre pour lire le livre Harem d’Eric Costa. Tout y est : les descriptions, les noms inventés mais plus aztèques que nature, les rites et dieux du panthéon aztèque. On s’y croirait vraiment ! Quant à l’intrigue, elle mêle habilement tension, suspense, rebondissements et trahisons en tout genre. A la fin du livre, on n’a qu’une hâte, savoir ce qu’il va arriver à l’héroïne dans la suite de ses aventures !

Harem sera décliné en 7 tomes

Mais pour ça, il va falloir attendre un peu. Eric Costa, contrôleur aérien dans le civil, a auto-édité son premier livre. Très vite, il a été repéré par la plateforme Amazon qui le distribue au format électronique. Il a même obtenu le prix du roman lauréat du Salon du Livre Paris 2017 par le jury Amazon KDP.

Une rampe de lancement idéale pour celui qui voudrait devenir écrivain à temps plein et qui a déjà dessiné un avenir tout tracé à Ameyal. Ses aventures, elle va les vivre durant 7 tomes. Un projet très ambitieux qu’Eric Costa assume pleinement.  « Je suis en train de mettre en place des façons de travailler qui devraient me permettre d’arriver à mes objectifs. Je ne pars pas d’un axe dramatique, mais d’une thématique. Le héros va apprendre des choses au fil de l’histoire. Il va partir d’un état initial et va arriver à un état final. J’ai défini pour sa progression 7 grandes étapes. »

Son défi : éviter de perdre le lecteur en route

Une manière un peu clinique d’aborder l’écriture qui n’enlève rien au fait qu’Eric y « met ses tripes« . Ce qu’il veut éviter à tout prix, c’est de perdre son lecteur et de prendre l’exemple de la série Tv The Walking Dead : « On trouve un nouvel endroit, on se défend et ainsi de suite. Au final, c’est tout le temps la même histoire. » Comme on le comprend !

>> A quoi pouvait bien ressembler le Mexique au temps des Aztèques ?

Pour prévenir tout faux pas et avancer dans la bonne direction, Eric Costa a suivi l’enseignement d’une école de scénario.  Il s’est aussi beaucoup renseigné avant d’entreprendre l’écriture d’Harem : « J’ai passé 3 semaines au Yucatán et je suis tombé amoureux de ce pays. J’aime bien connaître les choses car après je me sens plus légitime pour écrire sur un sujet. » Pour travailler sur son roman et sa série de 7 livres, Eric Costa s’est très longuement documenté. « J’ai essayé de me procurer un maximum d’ouvrages. J’ai commencé par lire des livres de Jacques Soustelle puis Bernardo de Sahagun et Christian Duverger puis beaucoup de romans de Gary Jennings. »

Si tout se passe comme prévu, Eric Costa devrait publier le deuxième tome des aventures d’Ameyal en octobre.

Harem couvertureHarem: Aztèques d’Eric Costa. Disponible au format Kindle sur Amazon.