Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Jeudi 21 juin, Philippe Nondédéo a donné une conférence sur les Mayas à l’Institut culturel du Mexique, à Paris. Nous y étions. Voici ce qu’il fallait en retenir.

Uxmal © M.C.
Uxmal © M.C.

L’aire Maya s’étend sur 5 pays et 324 000 km². Alors qu’au début, on observe une certaine homogénéité dans l’architecture et les représentations, la situation évolue au fil des siècles et laisse place à des différences entre le nord et le sud. Pendant près d’une heure, Philippe Nondédéo a évoqué cette évolution. Spécialiste des Mayas et directeur de recherche au CNRS, il a dirigé, entre autres, les fouilles françaises sur le site de Naachtun, au Guatemala.

Les trois points importants à retenir de la conférence :

  1. Au plus fort de son hégémonie, la cité maya de Tikal influence l’aire maya des basses terres et entraîne une certaine uniformisation architecturale.
  2. La chute de Tikal ouvre le champ des possibles et lance le mouvement de régionalisme. Des différences de pensée, de représentation et d’architecture commencent à apparaître entre le nord et le sud de l’aire maya.
  3. Il faudra attendre la période dite du classique récent (600 av J.C jusqu’à 900 apr. J.-C.) pour que l’on puisse parler de diversité dans l’aire maya.

RÉÉCOUTER LA CONFÉRENCE

RELIRE LE LIVE-TWEET