Facebooktwitterlinkedinmail

Derrière un homme, il y a souvent une femme. Matthew Stirling a réalisé de nombreuses fouilles sur divers sites mexicains. C’est à lui que nous devons de nombreuses découvertes liées à la civilisation olmèque. Mais il n’était pas tout seul, il était accompagné de sa femme : Marion Stirling Pugh.

Le 24 avril 2001, Marion Stirling Pugh mourait d’un cancer à l’âge de 89 ans. En 1933, alors qu’elle travaille comme secrétaire au Smithsonian Institution à Washington, elle épouse Matthew W. Stirling, son supérieur. Un mariage qui va changer son destin.

Marion participe aux fouilles et à la rédaction des articles

La jeune femme suit des cours du soir en anthropologie et géologie, puis se spécialise en archéologie au contact de son mari. En 1938, le couple voyage au Mexique. Matthew Stirling va visiter le site de Tres Zapotes et voit une tête géante olmèque. De retour aux USA, il montre une photo à un éditeur de National Geographic et obtient des fonds pour faire des fouilles sur place.

Le couple fera une douzaine d’expéditions au Mexique, au Panama et au Costa Rica. Marion participe autant aux fouilles que son conjoint. Elle cosigne aussi ses articles scientifiques. Elle n’en ratera qu’une pour accoucher de sa fille, précise National Geographic qui lui rend hommage dans son article « Les pionnières de l’exploration », paru dans l’édition de mars 2020. A eux deux, ils ont exhumé de nombreux artefacts, des têtes en pierre, des pièces en jade et d’autres vestiges datant de l’époque olmèque. Marion a présidé à deux reprises la Société des femmes géographes. En 1975, elle a été récompensée d’une médaille d’or pour ses contributions pionnières à l’archéologie au Mexique et en Amérique centrale.