Facebooktwitterlinkedinmail

Des têtes de lamas momifiées découvertes à Tambo Viejo en 2018 viennent d’être expertisées par un groupe de chercheurs. Ces derniers ont pu très exactement les dater. Ils se sont aussi penchés sur le rôle de cet animal, très important chez les Incas.

Tête de lama momifiée retrouvée à Tambo Viejo © Antiquity Publications Ltd, 2020
Tête de lama momifiée retrouvée à Tambo Viejo © Antiquity Publications Ltd, 2020

Les Incas pratiquaient les sacrifices mais aussi le don d’offrandes à la Terre-Mère (Pachamama) pour favoriser les récoltes. Ils utilisaient du coca et du tabac. Les feuilles de tabac étaient brûlées car la fumigation était considérée comme un moyen de purification. Elle permettait de chasser les mauvais esprits. Parfois, les Incas utilisaient de l’or ou de l’argent en forme d’hommes. Les figurines étaient enterrées à l’endroit où était censée vivre la divinité. En général ces offrandes étaient accompagnées de sacrifices humains explique Rafael Karsten dans son livre La civilisation de l’empire Inca (p.199).

Mais le plus souvent, les Incas faisaient offrande de leur animal fétiche : le lama. Ainsi, ils enterraient des fœtus de lama aux quatre coins d’une habitation dans le but de donner de la force et de la stabilité à la construction. Au mois d’octobre, les Incas sacrifiaient 100 lamas pour faire tomber la pluie. En février, c’était 100 lamas noirs qui étaient sacrifiés pour au contraire, faire cesser la pluie. En mars, on les sacrifiait pour le dieu des montagnes etc.

Le lama, un animal à tout faire, symbole de prestige

Le rôle du lama était multiple. Le camélidé fournissait de la laine et de la viande. Ils servaient aussi à déplacer des provisions que l’on chargeait sur leur dos. Les lamas étaient aussi un symbole de prestige. On suppose que c’est la raison pour laquelle le site de Choqek’iraw a été entièrement décoré de mosaïques figurant des lamas.

Des fouilles entreprises en 2018 sur le site de Tambo Viejo au Pérou ont permis de découvrir des têtes de lamas momifiées. Des chercheurs ont alors tenté de les dater et d’en savoir plus sur leur origine. L’étude de Lidio M. Valdez,  Katrina J. Bettcher et Marcelino N. Huamaní a été publiée le 22 octobre sur le site internet de l’Université de Cambridge.

Les Incas étaient présents dans la vallée bien avant de la conquérir

Les lamas sacrifiés sur le site ont été richement décorés avec des fils de couleur attachés à leurs oreilles. On leur avait aussi mis des colliers et peint le museau. Leur présence indique clairement qu’il ne s’agissait pas de sacrifices destinés à la consommation. “Sur la base du rapport de Cobo (1990), on peut affirmer que ces lamas étaient des offrandes à Viracocha le Créateur et au Soleil, la divinité Inca la plus importante“, écrivent les chercheurs. Les os de lamas retrouvés sur place datent de 1432 à 1459 ap. J.C. Cela permet aux chercheurs d’affirmer que les Incas étaient déjà présents sur ce territoire avant la date connue de la conquête qui selon John Howland Rowe a eu lieu en 1476 ap. J.C.

Les preuves de l’excavation des structures 1 et 2 à Tambo Viejo peuvent être interprétées comme suggérant que l’expansion des Incas impliquait des rituels élaborés, destinés à incorporer des peuples et leurs terres. Alors que le cœur de l’empire Inca se situait à Cuzco, ils interagissaient avec des groupes qui étaient culturellement et linguistiquement diversifiés, et dont l’annexion finale a produit la grande fusion culturelle qui a caractérisé l’empire Inca“, concluent les trois spécialistes.