Facebooktwitterlinkedinmail

Avec son nouveau livre L’aventure Maya, découvertes du XVIe au XXIe siècle, Eric Taladoire remonte aux premières découvertes en terre Maya jusqu’à nos jours. Une histoire passionnante et accessible.

Montage couverture L'aventure maya
L’aventure maya fait le point sur les découvertes mayas et l’évolution de l’archéologie

Après avoir raconté la vie extraordinaire de la veuve du maréchal Bazaine, Pepita, participé au catalogue de l’exposition sur les Olmèques au musée du quai Branly avec un article sur le jeu de balle, Eric Taladoire revient avec un nouveau livre intitulé L’aventure maya, découvertes du XVIe au XXIe siècle, paru aux éditions du Cerf.

Les Mayas font toujours autant parler. Que ce soit de la fin du monde qu’ils auraient prédite à l’écroulement de leur civilisation qui fascine, leur histoire est toujours d’actualité. D’autant plus que les découvertes sont de plus en plus nombreuses.

Un ouvrage accessible au plus grand nombre

Dans ce nouvel ouvrage, Eric Taladoire prend le contre-pied des livres qui traitent du sujet. En effet, l’archéologue qui a participé aux fouilles de Tonina se penche sur l’histoire de l’archéologie et les personnes qui ont fait les découvertes plutôt que sur les découvertes elles-mêmes. Un parti pris inédit et facile d’accès même pour les néophytes.

A la demande des Editions du Cerf et de Guy Stavridés qui souhaitaient justement un ouvrage grand public, il fallait donc être complet et couvrir large, et en même temps éviter les discussions trop techniques, comme les débats sur la New Archaeology, explique Eric Taladoire. Il a donc fallu parfois simplifier au maximum, d’où la nécessité d’une abondante bibliographie, pour que le lecteur intéressé puisse accéder à l’information.” Et en effet la somme d’ouvrages consultés est impressionnante : près de 40 pages de bibliographie ponctuent son livre.

Des personnages hauts en couleur

Le livre se lit comme un roman d’aventures avec ses personnages parfois loufoques (Augustus Le Plongeon), parfois injustement méconnus (Lord Kingsborough). “Raconter l’histoire des Mayas m’importait moins que le récit de leur découverte. Il existe de très nombreux ouvrages sur la civilisation maya, sans préjuger de leur qualité. En revanche, on oublie souvent que l’archéologie s’intéresse aux gens, aux sociétés, plus qu’aux tessons ou aux beaux objets“, tranche Eric Taladoire.

D’autre part, la recherche archéologique est le fait d’individus qui reflètent dans leurs travaux leurs propres préjugés, leurs idées. La controverse sur le déchiffrement de l’écriture est incompréhensible si l’on ne tient pas compte de la Guerre froide, par exemple“, conclut l’archéologue.

S’intéresser à la naissance des civilisations plutôt qu’à leur déclin

A la fin du livre, le lecteur a l’impression d’avoir tout appris. Des premières découvertes au Mexique jusqu’aux problématiques des fouilles au Guatemala, tout y est. Quel message voulait transmettre Eric Taladoire avec ce livre ?

L’expert répond : “La question majeure est plutôt comment naissent les civilisations que comment elles meurent. Comment se forment les différenciations sociales, comment domestique-t’on les plantes, les animaux ? Comment se forment les sociétés et leurs manifestations matérielles ? C’est encore, actuellement, l’un des objectifs principaux de la plupart des projets archéologiques. L’autre aspect important est de différencier l’effondrement des élites dynastiques de la survie des peuples mayas. Il existe actuellement des millions de Mayas au Mexique, au Guatemala. Ils descendent directement des populations qui occupaient le territoire au Classique, puis au Postclassique. Ils n’ont jamais disparu. L’effondrement maya classique est un phénomène politique et culturel, pas démographique.”

L’aventure maya, découvertes du XVIe au XXIe siècle, d’Eric Taladoire paru aux Editions du Cerf. 336 pages, 24 euros. En vente depuis le 15 octobre 2020.