Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

On le sait peu, mais certains aliments de notre cuisine tels que le cacao ou l’avocat viennent du Mexique. Ils étaient déjà cultivés à l’époque des Mayas et des Aztèques.

Un avocat © Pixabay
Un avocat © Pixabay

Les conquistadors, lorsqu’ils sont revenus du Mexique, ont ramené avec eux des denrées rares et inconnues sur nos terres. « La liste est interminable !« , sourit l’archéologue Eric Taladoire. Il y a bien sûr, le cacao que les Aztèques cultivaient déjà. Ils le buvaient, chaud et épicé. On peut aussi compter la tomate et le piment parmi les aliments importés. Mais ce n’est pas tout !

Sans le haricot, pas de cassoulet !

S’il n’y avait pas eu les conquistadors, on n’aurait peut-être jamais inventé le cassoulet ni la raclette ! Car ces derniers ont aussi rapporté en Europe le maïs, l’avocat, le haricot et la pomme de terre. Le tournesol, la papaye, le figuier de barbarie, les cacahuètes, la fraise ; là encore, merci le Nouveau monde !

Comment ces produits ont-ils été intégrés à la cuisine française ?

Une conférence liée à cette thématique se déroulera le mercredi 28 novembre, à 14h, à la Cité internationale Universitaire de Paris. Vincent Marcilhac, docteur en géographie, répondra à la question suivante : comment les produits mexicains ont-ils été intégrés dans la culture gastronomique française ? Plus d’informations au 01 44 16 18 00. L’entrée est libre, dans la limite des places disponibles.