Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

On les connaît moins bien, et pourtant de nombreuses civilisations ont peuplé le Pérou avant l’arrivée des Incas. Ils s’appelaient les Mochica, les Lambayeque, les Chimú… Le musée du quai Branly leur consacre une excellente exposition. 

Image d'ouverture de l'exposition Le Pérou avant les Incas © M.C.
Image d’ouverture de l’exposition Le Pérou avant les Incas © M.C.

Des expositions en nocturne, ça on connaissait déjà. Le musée du quai Branly a innové pour Le Pérou avant les Incas en proposant une « before work ». Comprenez par là, visiter l’exposition très tôt le matin : de 7h à 9h. Une expérience unique que je vous recommande !

Après avoir pris un petit déjeuner et goûté à la la boisson typique du Pérou (l’emoliente), la visite pouvait commencer. Sur place, des guides répondent aux questions du public. Dehors, c’est la nuit noire. L’ambiance est à la fois joyeuse et très cool. Bizarrement, les visiteurs parlent beaucoup, entre eux, en groupe, avec les guides. Des Péruviens sont présents et débattent de l’intérêt de faire connaître autre chose que la culture Inca. Tous sont ravis que le musée mette en valeur les civilisations du nord du pays : Mochica (100-800 ap J.C.), Lambayeque (800-110 ap J.C.), Chimú (1100-1150 ap J.C.).

Des poteries ultra-réalistes

L’exposition ouvre sur une série de poteries représentant les animaux. Très vite, on se rend compte que les Mochicas avaient de nombreux points communs avec les civilisations précolombiennes du Mexique : pyramides, tombes royales, sacrifices… Les divinités faisaient l’objet de représentations sur des poteries. Ce qui est surprenant, c’est la finesse de la poterie. Les portraits dits « huacos » représentant de vrais portraits de dignitaires Mochicas en céramique sont ultra réalistes. De même que les scarifications sur les visages des prêtres qui ornent certaines poteries.

Au fil de la visite, on apprend aussi que le sexe était loin d’être aussi tabou qu’aujourd’hui, comme le prouve la représentation d’une scène de fellation. Clou de la visite, la section réservée au seigneur de Sipan, probablement un roi Mochica, et à la Dame de Cao. Pour en savoir plus sur les pièces présentées, lisez le live-tweet de l’exposition réalisé lors de la visite en matinale, ci-dessous.

RELIRE LE LIVE-TWEET DE LA VISITE DE L’EXPOSITION