Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Jeudi 9 mai, France 5 diffuse un documentaire sur la cité maya de Tikal, suivi d’un autre sur la civilisation Olmèque. On vous conseille d’être devant votre écran, vous ne serez pas déçus !


(Capture d'écran France 5)
(Capture d’écran France 5)

Dans ce nouveau reportage, France 5 emploie les technologies modernes pour faire revivre la cité maya de Tikal. Une utilisation de la 3D et des reconstitutions qui ont déjà fait leurs preuves notamment dans les documentaires sur la pyramide Kukulkan et la cité de Teotihuacán.

Il n’y a pas que les technologies de l’information et la réalisation de documentaires qui ont fait leur révolution, l’archéologie aussi ! L’arrivée du LiDAR a démultiplié les capacités des archéologues. Grâce à cette technologie embarquée dans un hélicoptère, ils arrivent à effacer – digitalement parlant- les arbres pour laisser apparaître les traces au sol. Et là, surprise ! La ville était bien plus grande et plus étendue que les chercheurs ne le pensaient. Environ 100 000 habitants vivaient à Tikal. A l’époque, la population maya était de 2 millions de personnes réparties dans 40 cités.

Le temple n°4, la structure la plus imposante du site et la plus connue du public, n’est en fait que la partie émergée de l’iceberg. La pyramide de 65 mètres de haut, composée de 7 plateformes dont la dernière est surmontée d’une crête faîtière. Elle révèle enfin ses mystères. Arthur Desmaret, archéologue américain, revient sur les spécificités de la pyramide. A l’écran, on le voit déambuler dans des galeries et c’est d’autant plus impressionnant que ce sont évidemment des lieux interdits au public. Au fil du reportage, on apprend tout de sa construction et de sa fonction symbolique.

(Capture d'écran France 5)
(Capture d’écran France 5)

Un documentaire complet mais décousu

Le reportage s’attarde ensuite sur les conditions de vie des habitants de Tikal. Comment ils géraient l’eau et la pénurie en période sèche. Là encore, le Lidar est une aide précieuse pour les archéologues. C’en est stupéfiant. Mais, promis, on ne va pas vous spoiler.

Le récit revient sur l’apogée de Tikal et comment la ville s’est imposée comme une capitale régionale. Le reportage s’achève sur les causes probables de la chute de la cité. Des hypothèses que l’on connaît déjà mais qui prennent une autre dimension avec ces nouvelles découvertes…

Tikal, la cité maya disparue est un documentaire plaisant à regarder car tout est passé en revue : l’archéologie, l’écologie, les nouvelles découvertes… Mais la narration est un peu décousue. On passe de la relation entre les cités de Tikal et Teotihuacán au problème de l’eau puis à la fonction de la salle en haut du temple n°4. Dommage. La soirée continue avec un reportage sur la civilisation Olmèque.

Tikal, la cité Maya disparue, jeudi 9 mai sur France 5 à 20h55. Durée : 48 min.