Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Si l’on peut visiter autant de cités mayas au Mexique, c’est d’abord grâce au travail des archéologues. Eric Taladoire nous décrit ses conditions de travail sur les chantiers de fouilles de Rio Bec et Tonina…

Au Mexique, les sites à visiter sont nombreux : Chichen Itza, Uxmal, Teotihuacan pour les plus connus… Mais avant de pouvoir admirer les pyramides et les bas-reliefs, il a fallu les excaver. Souvent, ces trésors étaient enfouis sous terre ou recouverts par une nature exubérante.

Tout cela se fait en trois temps. D’abord, il faut découvrir le site. Soit les archéologues ont eu des indications et ils partent à la recherche d’une cité enfouie dans la jungle. C’est ce qui s’est passé au Honduras avec la cité blanche. Soit ils découvrent des vestiges ou des formes vues du ciel. Dernièrement, au Guatemala, des chercheurs ont trouvé des pyramides sous la canopée grâce à la technologie LiDAR. Une fois le site identifié, les archéologues se rendent sur place et commencent à faire des fouilles. Ils travaillent en équipe comme nous l’explique Eric Taladoire dans la vidéo. A la fin de chaque journée, il écrit un inventaire des pièces découvertes. Les missions de fouilles peuvent durer plusieurs semaines ou plusieurs mois. Il peut y avoir ainsi plusieurs fouilles sur un seul et même site.

C’est le cas par exemple à Tonina, dans le Chiapas, où Eric Taladoire s’est rendu à plusieurs reprises dans les années 70. Un souvenir en particulier l’a beaucoup marqué lors de ses fouilles : « L’équipe était tellement soudée que c’est le seul site où nous avons été invités par un des ouvriers, le contremaître, chez lui, où l’on a fait la connaissance de sa famille et de ses gosses. Il était allé le matin à Ocosingo pour avoir de la bière fraîche pour nous à midi. C’est un geste que je n’ai jamais rencontré ailleurs. »

Les archéologues peuvent travailler en même temps au même endroit. Ils ont chacun leur équipe et peuvent ne pas se croiser de la journée. Horaires, conditions de travail… Eric Taladoire nous en dit plus dans la vidéo ci-dessus.