Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

La population maya est répartie dans trois pays : le Mexique, le Guatemala et le Belize. 

 

Eglise de Zinacantán © M.C.
Eglise de Zinacantán © M.C.

Aujourd’hui, en 2019, on compte plus de 8 millions de Mayas* qui vivent au Mexique, au Guatemala et au Belize. Ils parlent 29 dialectes différents, tous issus du maya. Comme leurs ancêtres, ils cultivent le maïs et certains continuent de vivre dans des maisons en adobe.

Les rites anciens sont encore très présents et cohabitent avec le christianisme. Le syncrétisme fait que les Mayas prient devant la Vierge de Guadalupe. Ils ont aussi adopté la croix chrétienne et les églises, mais à San Juan Chamula, au Chiapas, le culte peut surprendre. Il est interdit de prendre des photos à l’intérieur de l’église. Ça n’a rien à voir avec ce que vous connaissez ! Ici, les icônes sont présentées à l’intérieur de vitrines et alignées le long du mur. Il règne une forte odeur et le sol est recouvert d’aiguilles de pin. La vue est troublée par une épaisse fumée. Les croyants prient à même le sol avec des bougies. C’est surréaliste !

Comme l’explique Eric Roulet, dans le livre Conquistadores, négriers et inquisiteurs, paru aux Editions L’Harmattan, les missionnaires chargés d’évangéliser les Mayas n’ont pas tout à fait réussi leur mission. « Malgré tous les efforts qu’ils ont déployés au cours des XVIe et XVIIe siècle, entre autre l’apprentissage des langues indigènes, les religieux ne sont pas parvenus à éradiquer complètement les idolâtries et certaines croyances des indigènes antérieures à la conquête. »

* Source : Les mystères des Mayas, hors-série National Geographic