Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Les Incas avaient de nombreux rituels. Parmi ces derniers, la capacocha…

Capcacocha (Wikipedia)
Capcacocha (Wikipedia)

Quand les archéologues ont mis au jour en 2007 le tombeau du dernier empereur inca, Paullo Tupac Yupanqui Inca, ils n’en ont pas cru leur yeux. Le dernier empereur inca est baptisé en 1545. Pourtant, il ne reniera jamais pas sa religion d’origine comme le prouve sa tombe. Il meurt à l’âge de 38 ans en 1549. On pense qu’il a été empoisonné par son entourage… Il est enterré sous l’autel principal d’une église chrétienne selon les usages incas.

Sa tombe est majestueuse. Son corps repose les mains jointes, en signe de prière. Son regard est tourné vers Coricancha, le temple du Soleil naissant. Il n’est pas tout seul. Pour accompagner sa dépouille, son épouse et d’autres femmes sont à ses côtés. Mais plus surprenant encore, il fut enterré avec des enfants selon le rituel de la capacocha.

Un rituel polémique

Selon ce rituel inca, les enfants étaient endormis avant d’être sacrifiés. On leur faisait ingérer de la coca et de l’alcool avant de les tuer. Ils devenaient ainsi divins afin de purifier l’entrée du souverain dans l’autre monde. Cette tradition a longtemps fait débat parmi la communauté scientifique. Certains anthropologues rejetant l’idée des sacrifices d’enfants faute de preuve tangibles. Et si ce n’était qu’une interprétation des colons ou des missionnaires chargés d’évangéliser le pays ? Il a fallu attendre l’étude plus précise de plusieurs momies retrouvées dans les montagnes pour arriver à la conclusion que tout est vrai. Les Incas, comme les Aztèques ou les Mayas procédaient à des sacrifices d’enfants.

Source : Secrets historiques et grandes énigmes de Philippe Delorme et François Billaut, National Geographic