Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Les expositions d’arts précolombiens en France ne datent pas d’hier. Cette passion pour les objets ramenés du Mexique remonte au XVIe siècle nous apprend Elodie Vaudry, dans son livre Les arts précolombiens.

Chichen Itza © M.C.
Chichen Itza © M.C.

Tout commence au XVIe siècle. Les musées n’ont pas encore de collections dédiées aux arts précolombiens, mais des voyageurs ramènent en France de nombreux objets qui attirent la curiosité relate Elodie Vaudry, dans son livre Les arts précolombiens. Nicolle le Febvre s’est ainsi composée une collection de « maintes belles plumasses eu autres raretez« . L’armateur normand, Jean Ango, lui, a ramené des bibelots. Il les conservera dans son manoir de Varengeville.

L’engouement des Français pour les artefacts précolombiens continuent de grandir au fil des ans. « Au XVIIIe siècle, les collections de pièces précolombiennes les plus conséquentes sont celles du comte d’Angivilliers, du ministre Bertin et du cabinet du roi« , écrit Elodie Vaudry qui a rédigé une thèse en histoire de l’art sous la direction de Rémi Labrusse sur la thématique des arts précolombiens dans les arts décoratifs français de 1875 à 1945.

D’une collection à un musée dédié

Il faut attendre 1830 pour que les arts précolombiens arrivent dans les collections permanentes d’un musée public. Plus précisément au sein du Musée naval installé au Louvre. Le lieu rassemble des objets provenant d’Afrique, d’Océanie, mais aussi d’Asie et d’Amérique latine. Un musée du quai Branly avant l’heure !

C’est en 1850 que né le musée américain, entièrement dédié à l’archéologie précolombienne. Adrien de Longpérier est à la tête de l’institution qui abrite plus de 1 600 pièces archéologiques d’origines mexicaines et andines. Les collections continuent de grandir au gré des envois et des dons. L’explorateur Charles Wiener ramène ainsi de nombreux objets en terre cuite mais aussi des pièces en cuivre et argent de ses divers voyages. En tout, il envoie 2 500 pièces, soit 62 caisses !

Le point d’orgue a lieu en 1878. Une exposition temporaire est organisée du 23 janvier au 28 février 1878 pour présenter les objets précolombiens. C’est un succès. Un musée dédié est ouvert dans le palais du Trocadéro. Ce dernier sera réhabilité en 1939 et continuera d’attirer les foules à chaque exposition.

Couverture livre

Les arts précolombiens, transferts et métamorphoses de l’Amérique latine à la France, 1875-1945 d’Elodie Vaudry aux Editions Presses Universitaires de Rennes (PUR). 314 pages. 30 euros.