Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Les miroirs et l’eau revêtaient une importance particulière pour les Olmèques, notamment dans les rites funéraires.

Reconstitution du site Olmèque de La Venta
Reconstitution du site olmèque de La Venta

Sur le site d’El Manati, les archéologues ont exhumé d’une tombe olmèque des sculptures en bois très bien conservées. Ces sculptures n’ont pas été enterrées, mais enfouies dans un lac. Au fil du temps, elles se sont enfoncées dans la boue, ce qui a assuré leur conservation.

En 2010, à Chiapa de Corzo (Chiapas), une équipe d’archéologues nord-américains et mexicains a trouvé une tombe vieille de 2 700 ans. La sépulture abritait la dépouille d’un homme dont les dents étaient incrustées de jade et de coquillages. A ses côtés, des poteries olmèques et un miroir en pyrite.

Sur le site guatémaltèque de La Blanca, les fouilles effectuées, en 2004, par l’archéologue américain Michael Love ont permis de mettre à jour un ouvrage circulaire de deux mètres de diamètre. Il devait servir à contenir de l’eau. Ce bassin cérémoniel a été daté aux environs de 800-700 av J.C.

L’eau représentait le sacré

Le fait d’enterrer sous plusieurs couches de terre et d’argile des mosaïques ou des objets a été réalisé en premier par les Olmèques. Cet acte d’enfouissement est une manière de rendre hommage à la Terre procréatrice tout en sacralisant l’espace.

Avant même les Mayas, les Olmèques croyaient en la vie après la mort et à l’au-delà. Pour eux, lorsque l’on était sous l’eau, on passait dans un autre monde.

L’archéologue Ponsiano Ortis pense que le miroir représente le chemin vers cet au-delà et qu’il incarne le pouvoir des souverains. Les lacs ou les bassins d’eau avaient aussi cette fonction de miroir, un miroir d’eau.

Toutes ces croyances, propres aux Olmèques, ont influencé par la suite d’autres civilisations comme celle des Mayas.

Sources : Les Olmèques, Caterina Magni, reportage Les Olmèques, naissance d’une civilisation