Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

A Naachtun, des assiettes trouées recouvraient les têtes des défunts. Pourquoi les Mayas perforaient-ils les assiettes qui accompagnaient les morts ? On vous explique cette croyance…

11-assiette-tuee
Assiette « tuée » de type Pedregal Modelado. Tombe I, structure VII, Calakmul, Campeche.

Les rite funéraires mayas varient d’une ville à une autre. Toutefois, on retrouve souvent des céramiques (assiettes, poteries diverses…) dans les tombes des rois et hauts dignitaires mayas. Elles font office d’offrande et accompagnent le défunt.

A Naachtun, une cité maya récemment explorée au Guatemala, les chercheurs ont mis à jour une tombe dans laquelle les crânes de morts étaient recouverts d’un plat troué, comme l’explique Hemmamuthé Goudiaby, doctorant en archéologie funéraire à l’Université de Paris : « A Naachtun, très souvent, le sujet avait une assiette retournée sur le crâne avec un trou. La signification reste incertaine. » On suppose cependant que le trou était fait sciemment, au moment de déposer l’objet sur la tête du mort. Cela permettait à l’âme du défunt de quitter plus facilement le corps pour aller dans l’autre monde.

Un rite quasi-similaire a été observé à Calakmul, cité voisine du Mexique. Là-bas aussi, des assiettes perforées comme celle ci-dessus ont été découvertes. On dit qu’elles ont été tuées. Les Mayas considéraient les objets comme des êtres vivants et il était de coutume de les perforer pour les libérer de leur âme et les faire redevenir objet avant de les utiliser comme offrande. L’assiette visible lors de l’exposition Les masques de jade mayas à la Pinacothèque de Paris, est une parfaite illustration de cette croyance.