Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Les lignes de Nazca, tracées sur un aride plateau péruvien, ont toujours intrigué les chercheurs. Au fil des ans, ces derniers sont parvenues à en trouver la signification.

Ligne de Nazca (capture d'écran vidéo NatGeo)
Ligne de Nazca (capture d’écran vidéo NatGeo)


Un singe large de 70 mètres sur 83. Un colibri géant, symbole de résurrection, qui s’étend sur 109 mètres de largeur pour 50 de longueur. Une orque. Les glyphes dessinés sur le plateau de Nazca représentent la plupart du temps des animaux. Mais il y a aussi des lignes droites, toutes simples. En tout plus de 10 000 figures ont été dénombrées. Pour dessiner ces glyphes géants, des dizaines de personnes étaient mobilisées par spirales. Une à deux personnes supervisaient le projet.

Les hypothèses les plus farfelues ont circulé quant à leur utilisation. La plus marquante peut-être, le fait que les lignes droits visibles du ciel servaient de pistes atterrissage à des vaisseaux extraterrestres. Mouais…

Deux utilisations distinctes

La réalité est beaucoup plus prosaïque et moins perchée. Les lignes droites tracées au sol servaient tout simplement de route pour que les communautés des montagnes puissent rencontrer celles de la mer en terrain neutre.

Quant aux glyphes d’animaux, ils étaient adressés à un dieu qui est toujours représenté comme volant. Les Nazcas imaginaient que leur dieu pouvait voir leurs dessins d’en haut. Les habitants du plateau venaient sur les geoglyphes pour participer à des cérémonies durant lesquelles ils cassaient des céramiques.

>> Ne manquez pas : Nazca, les lignes qui parlaient au ciel sur France 5 !